Crématorium Toulouse

Crématorium Toulouse – Une absence historiquement expliquée

Si Toulouse dispose d’un nombre conséquent de cimetières, et d’une quantité encore plus impressionnante d’agences de pompes funèbres, elle semble quelque peu délaissée dans le domaine des crématoriums. Ce lieu essentiel – car c’est là qu’on incinère les défunts – est en effet totalement absent de la métropole. Il est possible de trouver une justification historique à cette carence. En effet, ce n’est qu’en 1887 que fut votée la loi sur la liberté des funérailles, autorisant les citoyens majeurs à préférer la crémation à l’inhumation. Mais dans un pays en grande partie catholique, la parole du pape a parfois plus d’effet que celle de la loi, et il fallut attende jusqu’à 1963 pour que l’Eglise autorise la crémation. En outre, le prix nettement plus faibles des crémations par rapport aux inhumations était loin d’encourager à la construction de crématoriums. Aussi cela peut-il expliquer qu’à Toulouse, 2100 défunts sur 2500 sont inhumés plutôt qu’incinérés.

Mais les temps changent, et la crémation connaît un regain de popularité depuis environ un quart de siècle. En 1990, seulement 5% des décès étaient concernés par la crémation, contre 26% en 2006. Pour cela, la disponibilité d’un crématorium est absolument indispensable pour les agences de pompes funèbres toulousaines.

Crématorium Toulouse – Cornebarrieu, l’unique option

Crématorium Cornebarrieu

Heureusement , le crématorium de Cornebarrieu, créé en 1973 et rénové en 2009, est à disposition. Situé sur la route de Colomiers, à une quarantaine de minutes en voiture du centre-ville de Toulouse, il est affilié au numéro 05.62.13.73.41, que vous pouvez appeler si vous désirez de plus amples informations. Le bâtiments a rapidement prouvé son utilité. Unique crématorium de la Haute-Garonne, dont pourtant 33% des défunts sont incinérés, il accueille plus de 1700 cérémonies chaque année. Les chiffres ne mentent pas : le crématorium de Cornebarrieu n’est clairement pas suffisant.

Heureusement, la construction d’un nouveau crématorium, cette fois-ci au sud de Toulouse, a été prévue pour cette année. Croisons les doigts.